Rencontre homme en norvège


Mentions légales

En Norvège, les harceleurs sont considérés comme des «losers» Temps de lecture : 6 min Léa Dang — 19 juin à 8h29 Les rapports sociaux et la géographie y sont pour beaucoup. Dans les années a émergé le mouvement des Myke menn qui s'élèvent contre le mythe viking de la virilité. Malgré les sorties, le retour à la maison en bus ou à pied n'a jamais posé de problème malgré la présence de personnes ivres. Tout le monde a eu peur autour de moi je pense, car personne n'a réagi.

Les rapports sociaux et la géographie y sont pour beaucoup.

En Norvège, je n'ai jamais vécu de harcèlement de rue. Après avoir appris, lors d'une réunion en présence de féministes scandinaves, qu'une Norvégienne venue étudier à Paris avait déménagé au Canada en pleine année scolaire meilleur site de rencontre jeune elle était «fatiguée» d'être importunée dans la rue, je me rappelle avoir rougi de honte.

Comment expliquer que l'expérience des femmes dans l'espace public soit à ce point différente d'un pays à un autre?

rencontre homme en norvège ecouter si vous rencontrez une blonde

Une vision différente des masculinités «Je pense que lorsqu'un homme interpelle une femme dans la rue, il indique qu'il se sent en charge des rapports ou qu'il se sent supérieur à elle. En Norvège, si un homme se comporte de cette façon, les autres vont le considérer comme un loser.

Un winner ne se le permettra pas», témoigne un enseignant norvégien âgé de 29 ans. Les constructions de la masculinité au sein des espaces publics varient en fonction de la géographie et de la société: «Il n'est pas valorisé d'accoster une femme dans la rue ou de la siffler», affirme aussi Anne Bitschspécialiste des violences sexuelles en Norvège.

Le Qatar sur le podium pour une première fois

Thank you, this is wonderful! And thank you to translator Cathinka Dahl Hambro.

rencontre homme en norvège rencontrer des filles metisses

À cette période émerge également un mouvement unique en Europe: les Myke menn [«hommes doux»] qui s'élèvent contre le mythe viking de la virilité et contre les stéréotypes masculins qui coïncident peu avec leurs désirs de s'occuper de leurs enfants. Aujourd'hui la sensibilisation aux questionnements liés au genre est prise en charge par les municipalités: rencontre homme en norvège services sociaux norvégiens ont mis sites rencontre mariés place une journée dédiée au partage des émotions pour les garçons en classe de 3e.

Espace Membre

Les élèves sont amenés à se questionner sur leur ressenti en tant que garçon afin de déconstruire les idées reçues qui pourraient leur nuire. À LIRE AUSSI Six femmes racontent leurs stratégies pour éviter les agressions sexuelles D'autres rapports à la séduction et à l'espace public En France, c'est l'homme, en grande majorité, qui initie le rapport de séduction et fait le premier pas en investissant de l'argent pour les verres, le restaurant, les places de cinéma, etc.

Le modèle galant domine encore les rapports hétérosexuels. En Norvège, cette dynamique est moins présente voire inversée.

rencontre homme en norvège recherche homme afghan

Les femmes sont plus proactives et leur sexualité n'est pas jugée en fonction de leur sexe», explique Anja Slettelandspécialiste du harcèlement sexuel en Norvège. Les femmes ne sont pas discriminées.

Si une personne utilise cette expression comme argument, elle risque d'être sacrément huée», ajoute-t-elle. En Norvège l'espace public n'est pas considéré comme un lieu propice au jeu de séduction.

Les rencontres se font dans des lieux où il existe déjà une proximité à l'université ou sur le lieu de travail et non dans la rue ou dans rencontre homme en norvège bars.

Menu de navigation

Selon Anja Sletteland, autrice d'un ouvrage sur le harcèlement sexuel«le harcèlement de rue du type sifflement, remarques, etc. Cette différence culturelle pourrait expliquer l'absence de débat sur le sujet pendant le mouvement Metoo et pourquoi il existe si peu d'études sur le harcèlement de rue. À LIRE AUSSI Les cinq exemples qui montrent notre tolérance envers les injures sexistes Climat, densité urbaine, espace public «J'ai vécu dans deux villes françaises dans lesquelles, à partir d'une certaine heure, il vaut mieux éviter d'emprunter certaines rues lorsque l'on est une femme.

La peur de se faire poursuivre ou de se faire draguer lourdement nous suit. On peut marcher au milieu de la nuit sans craindre que l'on vous adresse la parole ou que l'on s'intéresse à ce que vous faites.